La production au coeur de l’action

Qui est plus familier avec les produits DENSO que ceux qui les produisent ? Ute Longerich travaille depuis plus de 40 ans dans la production et a accompagné la réussite technique de DENSO avec toutes les innovations.

Dans cette interview, elle parle de son engagement pour la grande qualité des produits.

Madame Longerich, comment êtes-vous arrivée chez DENSO ?

Longerich : Mes parents ont déjà travaillé ici. J'ai donc grandi avec DENSO. J'avais seulement 15 ans quand j'ai commencé en production et, en 1971, j'ai même encore rencontré les fondateurs de la société.

Comment votre travail a t-il changé en quatre décennies ?

Longerich : À l'époque, il n'y avait pas autant de produits qu'aujourd'hui et la production était différente : Il y avait plus d'employés pour les différentes étapes de travail et de nombreuses tâches se faisaient à la main. Aujourd'hui, nous atteignons une qualité élevée grâce à des installations de production construites spécialement pour nous. Le contrôle final est réalisé, comme avant, par des employés expérimentés.

Est-ce alors vraiment nécessaire si on utilise des procédés de fabrication standardisés ?

Longerich: Oui, parce qu'une seule personne peut juger à la fin de la chaîne de fabrication, si tout est parfaitement mis en œuvre. Nos installations sont vraiment super ! Peu importe l'idée de produit issue d'une phase de test qui doit être produit à grande échelle : Un prototype est tout d'abord construit pour acquérir de l'expérience. Ensuite, notre installation pilote, composée d'experts de l'industrie mécanique, développe l'installation finale. Donc, au cours des dernières années, de nombreuses machines adaptées ont été installées dans les halles. Grâce à un carnet de commandes en hausse, nous voulons tout simplement produire de manière efficace.

Et comment êtes-vous impliquée dans le processus ?

Longerich : Une fois que la machine est mise en service, il faut optimiser les différentes étapes, selon la commande. Nous fabriquons non seulement des systèmes d'étanchéité et de protection anticorrosion, mais nous proposons aussi des produits personnalisés à nos clients. Donc, par exemple, concernant les joints en caoutchouc que nous avons spécialement conçus pour un nouveau client : Pour cela, nous avions besoin de méthodes de travail particulièrement spécialisées que nous avons optimisées pour cette commande. C'est dans de tels moments que ma longue expérience professionnelle m'aide.

Dans la production, vous êtes la seule femme parmi des hommes. Cela n'est-il pas difficile pour vous ?

Longerich : Non, pas du tout. Je m'entends très bien avec mes collègues. Nous avons juste un excellent environnement de travail ! Et compte tenu des machines toujours plus grandes, on doit parfois faire appel à un homme fort.

Ce n'est pas une industrie typique pour les femmes. Aimez-vous les produits DENSO ?

Longerich: Bien sûr ! D'autant plus que nous avons développé tellement de nouveautés ces dernières années. Le travail reste toujours passionnant. Nous venons d'introduire le système TOK®-BSW, qui agit comme un bouclier protecteur pour les joints des séparateurs en béton. Nous en sommes le leader mondial. Même après plus de quatre décennies, cela m'enthousiasme toujours autant.

Comment mettez-vous à profit votre expérience dans votre travail quotidien ?

Longerich : Ben sûr, il est pratique en temps de carnet de commandes bien rempli de bien connaître tous les procédés de production. Cela me permet donc de travailler rapidement. Les procédés de fabrication et les caractéristiques des produits évoluent avec le temps, mais la haute qualité de nos produits reste. C'est pourquoi on nous utilise également pour le contrôle des produits finis. Je le ressens comme de l'estime !

Madame Longerich, merci pour l'interview !